13 juillet 2021

Le jour où le bus est reparti sans elle de Beka, Marko et Cosson

Par Mamie Solange

Vous le savez, j’ai renoué avec ardeur avec ma passion : la lecture. Oui, j’ai la chance d’avoir accès à un réseau de médiathèques dont le catalogue ne cesse de s’agrandir.

Et j’ai lu, beaucoup, beaucoup, beaucoup. Et je suis tombée sur des pépites et des livres me sont tombés des mains. Comme je suis sympa, je vais partager avec vous mes coups de cœur littéraire. Aujourd’hui, je vais vous parler de Le jour où le bus est reparti sans elle de Beka, Marko et Cosson

Pourquoi celui-ci ?

La couverture m’a évoqué une bande dessinée « mignonne » sans plus. J’avais été attirée par un résumé lu dans la presse évoquant une histoire de guidance de vie. Un roman de plus me suis-je dit qui explore le coaching comme une histoire avec une trame universelle : le héros est perdu, il rencontre un sage, il applique ses préceptes et il se trouve enfin. Certains d’entre eux sont très réussis comme les 12 travaux d’Émeraude Kelly que je vous conseille. En le recevant, j’ai été surprise que ce soit une bande dessinée.
Ne vous méprenez pas, j’adore les bandes dessinées comme Norbert et Kari ou les romans graphiques de Florent Chavouet mais une BD de développement personnel ? A voir !

La trame du roman

Clémentine, citadine timide et effacée, un peu perdue cherche des réponses à ses doutes existentiels. Pour ce faire, elle s’inscrit à un week end de méditation où elle sera la seule débutante. Tous les autres participants se connaissent déjà. Un arrêt « pause pipi ». Et la « débutante » est oubliée sur le bord de la route. Est-ce vraiment une malchance ? Ce sera un week end inattendue aux conséquences à long terme.

Mon humble opinion :

J’ai commencé cette bande dessinée comme un croque un bonbon et je l’ai lu comme si je savourais un dessert léger, aérien, aux saveurs exceptionnelles. Le dessin tendre et rassurant illustre parfaitement le propos. Les petits contes qui parsèment la BD ajoutent leur saveur particulière. Chaque petite histoire illustre la grande qui sert de fil conducteur. Je me suis retrouvée dans le personnage de Clémentine. Comme elle, j’avais tenté la méditation sans jamais y parvenir.

Cette BD est un régal, un livre à conserver et à parcourir à nouveau de temps en temps que ce soit par pur plaisir ou pour retrouver ses sensations de découverte ou encore pour affiner sa compréhension.
Elle se lit vite ou lentement et elle reste dans la tête comme une bonne musique, et dans le cœur comme un souvenir charmant, heureux, plein de promesses.
Oui, j’ai beaucoup aimé et je vous la conseille sans restriction ! Et la série figure en tête de liste de mes futures demandes de cadeaux de Noël.

Conclusion provisoire :

Si vous connaissez d’autres bandes dessinées qui abordent le même thème avec le même charme, merci de les indiquer dans les commentaires. Je me ferai un plaisir de les découvrir.

Si vous la connaissiez déjà, dites-moi ce que vous en avez pensé, si vous êtes d’accord avec moi ou pas du tout.

J’ai hâte de lire vos remarques. En attendant le prochain article, bonne lecture !