petite voix

La petite voix dans ma tête

Un jour, je l’assommerai, je lui tordrai le cou, je la bannirai loin de moi, je l’exilerai sur une île déserte glacée et inhospitalière. Mais en attendant, cette petite voix bien installée dans ma tête, où je la soupçonne de siroter un cocktail avec un petit parasol tout en admirant les conséquences de ses propos, impossible de la déloger.

L’entendez-vous vous aussi cette petite voix qui vous susurre de l’intérieur : « ça doit être génial de tester cette montagne russe géante ! » alors que vous souffrez de vertige ou « tester les piments les plus forts du monde, c’est diablement tentant » alors que votre palais s’enflamme avec le moindre grain de poivre ? Je ne sais pas pour vous mais la mienne est corsée.

Mais je suis incapable de m’en séparer. Non, je ne l’assommerai pas, je ne lui tordrai pas le cou et surtout je ne la bannirai pas loin de moi, sur une île déserte, glacée et inhospitalière. Car  je lui dois tant de jolis souvenirs.

Lesquels ?

J’ai trois jours de libre. Et si je partais en stop à Venise. C’est un peu court et aléatoire et je suis plutôt fauchée ? Et alors ?

Tiens, il y a une nouvelle voie verte en Bourgogne géniale pour les rollers ? Comment ça, je ne sais pas faire de rollers ? Ce n’est pas très difficile, voyons. Et me voilà partie pour un long week-end de patinage avec au programme de 25 à 50 kilomètres par jour sur des rollers.

Et le dernier « ou presque »

Je ne suis pas remontée sur un vélo depuis… fort fort longtemps. Mais le confinement m’a donné des fourmis dans les jambes. Et que me susurre ma petite voix ?

« Et si je me faisais la Vélodyssée, cet itinéraire cyclable qui va de Roscoff à Hendaye ? Et puis, tant qu’à faire, pourquoi ne pas y ajouter la Flow Vélo, cet itinéraire cyclable qui part de Thiviers près de Périgueux pour se terminer en face de Rochefort sur Mer ? Comment ça, on va frôler les 1600 kms ? Oui et alors ? En vélo électrique ? Non, ce serait moins amusant. Ok, tu n’aimes ni les côtes ni les longues descentes ? Pas de souci. C’est plat… ou presque. »

C’est surtout « presque ». D’ailleurs, je vous suggère d’aller lire les articles sur mon blog racontant mon épopée sur mon fidèle destrier à roues et à énergie musculaire, la mienne. Vous y découvrirez mes conseils pour vous préparer au mieux, quelles étapes incontournables, que voir, que visiter, etc. Et le plus agréable sera les rencontres impromptues avec d’autres cyclistes ou locaux, les échanges agréables, leurs conseils. Bref, la vie.

Et si votre petite voix vous y incite, vous n’aurez plus qu’à suivre mes traces. Car les personnes rencontrées étaient de tout âge et de toute condition physique, de ceux qui se contentaient de 20 kms par jour en vélo électrique aux pros du vélo et leurs minimum de 100 kms journaliers, de ceux qui voyagent avec très jeunes enfants, aux retraités hyperactifs -ou pas. J’ai même eu le plaisir de discuter avec des retraités en vélo électrique plutôt bien en chair qui avait transformé leur voyage en randonnée gastronomique. Il y en a pour tous les goûts !

Revenons à la petite voix

Parfois, je rechigne devant les propositions de ma petite voix. Je lui rappelle mon âge et elle rit. Elle me répond : justement, si tu ne le fais pas maintenant, quand le feras-tu ? Dans 10 ans ? « Touché » comme disent les Américains.

Sa dernière proposition en date

Sa dernière proposition ? M’inscrire à la MadJacques ! Comment ça, vous ne connaissez pas ? C’est une course en auto-stop, départ de plusieurs grandes villes de France et arrivée à Gouzon dans la Creuse. C’est une sorte de Pékin express sans les caméras, 400 kms en autostop, des défis débiles et un festival à l’arrivée dans un tout petit village de la Creuse. Oui, tout se passe dans la Creuse de nos jours. La moyenne d’âge des participants étant de 20 ans à 30 ans, il est temps que quelqu’un se charge de la remonter, cette fichue moyenne.

Moi ? la dernière fois que j’ai sciemment fait du stop (et je ne parle pas suite à des problèmes techniques de ma voiture)… pouh… Ça remonte quasi aux calendes grecques ou pas loin. Et me voilà, moi Solange du blog-chaine Seniors en Vadrouille m’approchant à pas de loup de la soixantaine, je vais y participer en binôme avec quelqu’un que je connais bien : ma fille. Posée, raisonnable, réfléchie (mais de qui tient-elle ces qualités ?), elle accepte souvent de me suivre dans mes délires.

Conclusion provisoire

Alors, si vous croisez deux Minions en stop se dirigeant vers la Creuse le week end du 3 octobre 2020, arrêtez-vous, faites-nous un petit coucou, partagez votre voiture pendant quelques kilomètres.

Promis, nous serons sages, nous aurons même des masques de protection recommandés par le Ministère de la Santé. Notre équipe ? Les Filez Minions

Et si nous avons la chance de vous croiser, sachez que nous aurons un petit cadeau pour vous. Promis. Et si vous avez envie de participer (plus on est de fous….) voici le code qui vous permet d’économiser sur votre inscription à la course.

En attendant… Attention… 3… 2… 1 … PARTEZ !

Et écoutez votre petite voix !

Post Scriptum

A l’heure où j’écris ce post, la MadJacques est maintenue. Mais le climat actuel étant à l’incertitude la plus complète, j’ignore si nous pourrons y participer cette année. Dans le cas contraire, je pense que ma petite voix trouvera d’autres idées loufoques.

Et si vous cherchez des idées de lecture, c’est par ici