Mammographie numérique : ce qui change

Comme pour beaucoup de femmes de 50 ans ayant la chance de vivre en France, il nous est fortement conseillé de nous soumettre tous les 2 ans à une mammographie de contrôle qui permet de dépister les cancers du sein, cancer le plus fréquent pour les femmes. Le dépistage organisé du cancer du sein comprend un examen clinique systématique, une mammographie avec deux clichés par sein et, si nécessaire, des clichés supplémentaires. Même si vous ne ressentez aucun symptôme, vous devez vous faire dépister : plus un cancer du sein est dépisté tôt, moins le traitement est lourd et plus on augmente les chances de survie.

Alors, comme des centaines de milliers de femmes de mon âge, je me suis prêtée à l’exercice de la mammographie. Mais, grande nouveauté pour moi, j’ai eu droit à une mammographie numérique.

Déjà, je l’avoue, ma dernière mammographie remonte à… plusieurs années, 13 très exactement. Mon cher époux aux tendances hypocondriaques m’ayant harcelée pour que je passe cet examen, je me suis exécutée et j’ai pris rendez-vous, persuadée d’avoir encore plusieurs semaines de répit. Le rendez-vous m’a été accordé dans la semaine à ma très grande surprise.

Vous connaissez la mammographie classique : vous vous mettez torse nu. On prend votre sein. On l’écrase entre deux plaques de verres. Et quand vous pensez que ce n’est plus possible de l’aplatir plus, l’opératrice radio vous prouve le contraire.

J’ai toujours en tête l’image des jeunes femmes africaines à qui les matrones repassent les seins pour qu’elles soient plus belles. Je propose de leur envoyer un appareil de mammographie. Ce serait plus efficace que les mains des vieilles femmes. Et si en plus cela permettait de dépister des cancers du sein débutants…

Après l’écrasage en règle de vos seins, on vous demande de ne plus bouger, de ne plus respirer et d’attendre dans le cas d’éventuels autres clichés. Et il y en a toujours.

Après, vous récupérez votre sein, enfin vos seins. Vous vous rhabillez et vous attendez d’être appelée pour connaitre le résultat.

Quelle différence avec la mammographie numérique ?

Celle-ci est de plus en plus pratiquée car considérée plus fiable par de nombreux praticiens. Elle permet selon eux de déceler les plus petites anomalies dans les glandes mammaires, est plus rapide, moins douloureuse, etc.

Et si vous portez des prothèses mammaires, elle est plus que conseillée pour une meilleure évaluation de la santé de vos seins.

Mon expérience

Votre sein est toujours tripoté, malaxé, écrasé. Le mamelon est pincé aussi pour avoir la position parfaite sur l’appareil. Car les plaques écraseuses sont toujours là. Mais quand pour une mammographie classique l’examen dure plusieurs minutes, la numérique se réalise en quelques secondes. En quelques dizaines de secondes en réalité.

Elle est souvent complétée par une échographie faite par un médecin radiologue juste après. Ensuite, vous vous rhabillez, au revoir madame, au revoir docteur et il ne vous reste qu’à retourner voir les secrétaires, payer et partir avec votre dossier.

Ma conclusion

Ma curiosité a été satisfaite et mon examen réalisé. Je suis tranquille pour deux ans. L’opératrice radio a très gentiment répondu à toutes mes questions. Pour ma prochaine mammographie, je recommencerai avec cette technique. Je profite chaque jour des nouvelles technologies. Pourquoi mes seins n’y auraient-ils pas droit ?

Suivez notre actualité :
error

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.