Toussaint : la fête de tous les Saints !

Le Jour où On se Souvient qu’on est Mortel

Bonjour chers lecteurs avides d’humour et de philosophie absurde ! Aujourd’hui, je vous emmène dans un voyage à travers l’incontournable fête de la Toussaint, cette journée où l’on se souvient soudainement qu’on est tous mortels. Oui, même moi ! Et tout ça, sans même une petite note de rappel sur notre calendrier ! Eh bien, mes amis, il est temps de déterrer l’humour, de pousser la satire et de célébrer la fête la plus morne de l’année avec un sourire narquois. D’autant que, soit dit en passant, c’est aussi celle de mon anniversaire.

Toussaint

1. L’oubli éternel

Pourquoi diable oublions-nous si souvent que nous ne sommes pas immortels ? C’est comme si notre cerveau avait une fonction « oubli » pour la pensée de notre propre mortalité. On se lève le matin, on se douche, on prend notre café, et on se lance dans nos activités quotidiennes en supprimant systématiquement la notification « Mort » de notre écran mental. Mais oh, pas le 1er novembre ! La Toussaint est là pour nous le rappeler.

2. La panique de dernière minute

La Toussaint est ce moment de l’année où nous réalisons que nous n’avons pas accompli tout ce que nous souhaitions faire avant de rendre notre dernier souffle. Vous savez, cette liste que vous avez traînée depuis des années, avec des éléments tels que « apprendre à jouer du piano, » « faire un tour du monde » et « arrêter de manger des chips à minuit. » Alors, le 1er novembre, c’est la panique. « Oh mon Dieu, j’ai oublié de vivre ma vie ! ». Moi, je vous suggère de réaliser la lsite de tout ce que vous avez déjà accompli, c’est meilleur pour le moral.

3. Les fleuristes en folie

C’est l’heure de gloire des fleuristes ! Les roses, les chrysanthèmes, et les lys se vendent comme des petits pains. Si seulement nous pouvions être aussi populaires de notre vivant que nos tombeaux le sont après notre départ.  Donc, j’aimerais que tout le monde me rende hommage avec des cadeaux et des bouquets de roses quand je suis encore là pour les apprécier ! J’attends !

4. Les blagues de cimetière

On ne peut pas parler de la Toussaint sans évoquer les blagues sur les cimetières. Parce qu’après tout, si vous ne pouvez pas rire de la mort, de quoi pouvez-vous rire ? « Pourquoi le cimetière est-il un endroit si populaire ? Parce que les gens meurent d’envie d’y aller ! »

C’est classique, c’est ringard, mais cela reste drôle. J’en ai d’autres mais bien pires.

5. Restons sérieux

En fin de compte, la Toussaint est l’occasion parfaite de rire de la vie et de la mort. Alors, profitez de cette journée pour célébrer votre existence, faire la paix avec votre mortalité, et peut-être même prendre quelques photos dans le cimetière du coin. Certains sont magnifiques. Car après tout, si la vie est une blague, autant en rire jusqu’au bout, même quand la Toussaint nous rappelle que notre temps est compté. Joyeuse fête, et que la vie soit drôle !

 Les Diverses Façons d’envisager la Mort

Au lieu de se plonger dans la mélancolie, explorons les différentes façons hilarantes dont les gens envisagent la grande Faucheuse.

1. L’optimiste éternel

Ah, l’optimiste éternel, cette personne qui voit la mort comme une opportunité de faire un grand voyage vers l’inconnu. Pour eux, la mort est une aventure mystérieuse qui n’est pas si effrayante après tout. Ils se préparent à rencontrer des licornes dans l’au-delà et à boire des cocktails au bord de la piscine avec des célébrités décédées.

« Hey, Elvis, passe-moi un daiquiri ! »

2. Le philosophe

Le philosophe de la mort est celui qui se perd dans des pensées profondes sur la signification de la vie et de la mort. « Ils sont tellement occupés à philosopher qu’ils oublient parfois de vivre. Allez, prenez une pause, ami philosophe, et mangez un gateau.

« Est-ce que la mort est le début ou la fin de quelque chose ? »

3. Le pragmatique

Le pragmatique traite la mort comme un fait de la vie, un peu comme payer ses impôts. Ils ont déjà choisi leur cercueil, écrit leur propre nécrologie et ont un code couleur pour la décoration de leur service funèbre. Organisation au sommet !

« C’est inévitable, alors autant en faire un plan solide. »

4. L’humoriste du trépas

L’humoriste de la mort, préfère aborder la question avec une bonne dose d’humour. Pour eux, la mort est une blague, une punchline dans le grand stand-up de la vie.

Le lit est l’endroit le plus dangereux du monde: 80% des gens y meurent.

Mark Twain

5. L’éternel déni

L’éternel déni refuse tout simplement d’admettre que la mort est inévitable. Ils évitent les cimetières, ne parlent jamais de testaments, et croient fermement que la cryogénie est leur meilleure option. Ils ont peut-être raison, après tout. Peut-être qu’ils finiront par vivre éternellement… sur Internet.

« Moi, mourir ? Jamais de la vie ! »

6. Le mystique

Le mystique considère la mort comme le début d’un voyage spirituel. Ils communiquent avec des esprits, lisent les lignes de la main et croient que la réincarnation est une chose tout à fait plausible.

« Dans ma vie précédente, j’étais probablement une licorne… »

Oui, bien sûr.

Petite conclusion intermédiaire

Toussaint

En fin de compte, la façon dont nous appréhendons la mort en dit long sur notre personnalité et notre philosophie de la vie. Alors, peu importe comment vous choisissez de l’aborder, souvenez-vous que la mort est inévitable, mais le rire est un choix. Alors, pourquoi ne pas choisir de rire un peu de la grande Inconnue ? Après tout, on ne sait jamais, peut-être que l’au-delà est en train de se fendre de rire de notre sérieux à son sujet !

Pourquoi Être Mortel est parfait

Aujourd’hui, nous allons parler de la chance inouïe que nous, les humains, avons d’être mortels. Oui, vous avez bien lu, la mortalité a un avantage, et c’est le moment de le célébrer en faisant la fête (avant que notre temps ne soit écoulé) !

1. L’excitation de l’inconnu

Pourquoi attendre avec impatience le dernier épisode d’une série télévisée ou le dernier chapitre d’un livre ? Parce que l’inconnu nous excite. Et devinez quoi ? La mort est la plus grande surprise de toutes ! Être mortel, c’est comme regarder une bande-annonce pour le plus grand spectacle de tous les temps sans jamais connaître le dénouement. Vous ne saurez jamais comment ça se termine, et c’est génial !

2. La motivation supersonique

La conscience de notre propre mortalité est la parfaite poussée de motivation pour faire des choses incroyables. Quand on réalise que le sablier de la vie n’est pas infini, on se met à cocher des éléments de notre liste de choses à faire avant de mourir. Escalader une montagne ? Check ! Apprendre la salsa ? Check ! Manger une pizza entière sans culpabilité ? Double check !

3. La gratitude intense

Être mortel nous aide à apprécier chaque moment de la vie. Vous savez ce que ressentent les immortels ? L’ennui. Mais nous, les mortels, savourons chaque goutte de cette délicieuse limonade de la vie, car nous savons que chaque instant compte. C’est comme si chaque repas était un festin, chaque câlin une étreinte d’or, et chaque matin un miracle.

4. La relativité des problèmes

Les petits problèmes du quotidien ? Eh bien, ils semblent soudainement moins importants lorsque vous les comparez à l’énigme de la vie et de la mort.

« J’ai raté mon bus ? Eh bien, au moins je ne suis pas mort ! »

C’est le genre de pensée qui remet les choses en perspective, n’est-ce pas ?

5. L’humour absurde

La conscience de notre mortalité nous pousse à rire des choses les plus folles et absurdes de la vie. Parce que, pourquoi pas ? La vie est déjà un spectacle fantastique, alors autant rire de son côté délirant. Les chaussettes qui disparaissent dans la machine à laver ? C’est un mystère hilarant.

Petite conclusion intermédiaire

Alors, voilà pourquoi être mortel est une chance incroyable. Cela donne un piquant à la vie, transforme chaque moment en une aventure, et nous rappelle que notre temps est précieux. Alors, prenez votre mortalité à bras-le-corps et vivez une vie pleine de rires, d’amour, et d’aventures. Parce qu’à la fin, c’est ce qui compte vraiment, non ? Allez, sortez et profitez de la chance incroyable d’être vivant et mortel !

La Mort : qui en parle le mieux ?

Examinons maintenant pourquoi certains d’entre nous évitent d’en parler comme s’il s’agissait d’une maladie contagieuse, tandis que d’autres discutent de la mort comme s’ils discutaient de la météo.

1. Le Camp du Silence Mortel :

vivant et mortel

Ah, les muets de la mort. Vous les connaissez, ces individus qui ont l’art de changer de sujet dès que quelqu’un évoque le mot « mortel ». Pourquoi ? La simple mention de ce mot leur donne l’impression qu’un corbeau les a attaqués en plein visage. Pourquoi s’enfermer dans un mutisme sépulcral ? Voici quelques raisons possibles :

  • Peur de l’Inconnu : La mort est un mystère insondable, et pour certains, il vaut mieux ne pas y penser du tout plutôt que de se perdre dans l’obscurité de l’inconnu.
  • Superstition : Certaines personnes craignent que parler de la mort ne l’attire comme un aimant. Après tout, qui veut avoir la Faucheuse comme colocataire ?
  • Confort : La vie est déjà compliquée. Pourquoi compliquer davantage les choses en parlant de quelque chose d’aussi déprimant que la mort ?

2. Le Camp des Bavards de la Mort :

D’un autre côté, il y a ceux qui parlent de la mort comme s’ils vantaient les mérites d’un bon vin. Ils n’ont pas peur de discuter de la Faucheuse autour d’un café, lors d’un dîner, ou même sur le siège des toilettes. Alors, pourquoi cette obsession morbide ?

  • Philosophie de Vie : Pour certains, parler de la mort fait partie de leur philosophie de vie. Ils considèrent que la mort est un élément naturel du cycle de la vie et en parlent pour mieux l’accepter.
  • Dédramatisation : En parlant de la mort avec humour, ils tentent de dédramatiser ce sujet, de le rendre moins effrayant. « La mort, c’est comme un chat qui nous attend à la fin du jeu. »
  • Curiosité Morbide : Certaines personnes sont tout simplement fascinées par la mort. Elles veulent en savoir plus sur ce qui nous attend, ou elles sont tout simplement des fans inconditionnels des séries télévisées médicales.

Alors voilà, entre les muets de la mort et les bavards de la Faucheuse, il y a toute une palette de réactions face à ce sujet délicat. Chacun choisit son propre chemin pour l’appréhender, que ce soit en gardant un silence funéraire ou en en parlant comme s’il s’agissait de la météo. L’important, c’est de trouver ce qui fonctionne pour vous et de vous souvenir qu’à la fin, la mort fait partie intégrante de la vie.

Alors, pourquoi ne pas en rire de temps en temps ?

Trois Paradis Littéraires en Un

Chaque lecteur a son propre paradis, façonné par les auteurs et les histoires qui ont marqué leur vie. Imaginons trois paradis littéraires pour des lecteurs passionnés de Terry Pratchett, Barbara Cartland et Stephen King. A vous de deviner lequel a ma préférence.

1. Le Paradis de Terry Pratchett :

autre monde

Pour un fervent admirateur de Terry Pratchett, le paradis ressemble au Disque-Monde, ce lieu absurde et chaotique où règnent les lois du non-sens. Les rivières de lait et de miel coulent dans des canaux de boues, tandis que des tortues géantes parcourent le ciel portant le Disque-Monde. Les bibliothèques infinies contiennent chaque livre jamais écrit, y compris « Le Manuel des Nourritures Laitières Inattendues » et « Le Guide du Voyageur Éclairé. » Les personnages sont aussi vivants que les lecteurs, et les sorcières discutent de leurs recettes de biscuits avec les visiteurs.

Chaque jour apporte une nouvelle aventure, une nouvelle histoire fantastique et une bonne dose d’humour décalé.

2. Le Paradis de Barbara Cartland :

Pour un lecteur passionné des romans de Barbara Cartland, le paradis est un domaine fleuri où l’amour règne en maître. Les jardins sont remplis de roses aux pétales de satin, les cygnes nagent gracieusement dans les étangs de cristal, et chaque coin du ciel est baigné de couleurs pastel. Les salons sont ornés de canapés en soie et de pianos à queue, où les mélodies d’amour s’entrelacent dans une douce symphonie. Les couples dansent éternellement, les chevaliers montent sur des licornes dorées, et chaque moment est une déclaration d’amour en prose romantique.

Chaque coin du paradis respire la romance, la passion et les histoires d’amour éternelles.

3. Le Paradis de Stephen King :

Pour le lecteur qui trouve son refuge dans les horreurs de Stephen King, le paradis est un terrain de jeu sombre et tordu où chaque coin réserve une surprise terrifiante.

Des ruelles sombres aux manoirs hantés, chaque coin du paradis est une aventure cauchemardesque. Les ombres se cachent dans chaque recoin, les monstres se cachent sous le lit, et les éclairs dévoilent des scènes terrifiantes à chaque coup de tonnerre. Les bibliothèques sont remplies de livres inachevés, les cimetières murmurent des secrets macabres, et chaque rêve est un thriller psychologique.

Le suspense et l’horreur sont au rendez-vous, mais aussi une créativité sans fin pour inventer des histoires effrayantes.

Conclusion provisoire

En explorant les différentes visions de la mort, du paradis et de l’après-vie, nous découvrons une richesse d’attitudes et de perspectives, toutes façonnées par nos croyances, nos expériences et nos valeurs personnelles. Que vous soyez religieux, athée, amoureux de la lecture, ou que vous ayez votre propre vision unique de ces sujets, il est important de reconnaître que la diversité des points de vue enrichit notre compréhension de la vie et de la mort.

Les différentes manières dont les croyants envisagent l’après-vie nous rappellent l’importance de la foi et de la spiritualité dans la vie des gens, tout en soulignant à quel point ces croyances peuvent varier en fonction de la culture, de la religion, et de la philosophie de chacun.

L’humour joue un rôle essentiel dans notre manière d’appréhender des sujets graves. Il nous permet de mettre en perspective notre propre existence, de trouver du réconfort dans des moments difficiles, et de célébrer la complexité de la vie et de l’au-delà.

Enfin, les visions personnelles de l’après-vie, qu’elles soient centrées sur la gastronomie, l’amour, l’horreur ou tout autre concept, illustrent la beauté de la créativité humaine et de l’imagination. Chacun de nous, que nous soyons lecteurs passionnés, rêveurs, ou philosophes, a le pouvoir de créer son propre paradis dans la réalité ou dans l’esprit.

Que vous croyiez en un paradis religieux, en un paradis de la lecture, en l’amour éternel, ou en quelque chose de tout à fait différent, il est précieux de trouver ce qui résonne le mieux avec votre propre expérience de la vie et de la mort.

Après tout, c’est votre histoire, c’est votre vision, et c’est votre voyage à travers l’extraordinaire aventure de l’existence humaine.

Mamie Solange
Mamie Solange
Publications: 71

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error

Vous appréciez ce blog ? Aidez-nous à nous faire connaître. Merci.